Cultiver des asperges

cultiver des asperges

Publié par Ladislas Leroux

Publié le 09/05/2021

N

Mis à jour le 22/05/2021 @ 19:34

Partagez cet article :

Comment cultiver des asperges : Introduction

L’asperge est une plante potagère vivace, qui demande un traitement plus rigoureux que la plupart des autres cultures du potager. Dans des conditions favorables, elle se développe à tel point avec l’âge qu’elle justifie la meilleure culture possible. Il n’est pas rare que des plantations se maintiennent et prospèrent pendant vingt ou même trente ans, mais une durée moyenne raisonnable est de dix ans, après quoi il est généralement conseillé d’interrompre un potager, en prenant d’abord la précaution d’assurer une nouvelle plantation sur un sol nouveau et bien préparé à cet effet.

Les plantations sont faites soit en semant des graines, soit à partir de racines transplantées ; et bien que les racines soient extrêmement sensibles lorsqu’elles sont déplacées, le succès peut, en règle générale, être assuré par des soins spéciaux et une action rapide, en supposant que la saison appropriée soit choisie pour l’opération. L’avantage d’utiliser des racines est le gain de temps, et dans la plupart des jardins, c’est une considération importante. Heureusement, les racines peuvent être plantées presque aussi facilement à deux ou trois ans qu’à un an.

Le sol

L’asperge pousse dans n’importe quel sol bien travaillé, un terreau sableux riche et profond étant particulièrement adapté. Un sol calcaire n’est en aucun cas défavorable à l’asperge ; cependant, un sol sableux riche en humus est particulièrement souhaitable, car les plus beaux échantillons de la croissance de la plante en Europe sont produits dans les quartiers de Paris et de Bruxelles. L’asperge de Londres, qui est appréciée par beaucoup pour sa saveur et sa tendresse, est pour la plupart cultivée à proximité, dans des sols alluviaux profonds enrichis d’une abondante fertilisation. La nature nous donne la clé de tous les secrets qui concernent notre épanouissement, et en ce qui concerne la culture de l’asperge, elle est particulièrement généreuse dans son enseignement. Cette plante pousse à l’état sauvage sur les côtes sablonneuses des îles britanniques, preuve qu’elle aime le sable et le sel.

Préparation du sol

La culture courante doit commencer par une préparation minutieuse du sol. Un drainage efficace est impératif, car l’eau stagnante dans le sous-sol est fatale à la plante. Mais un terreau riche n’a pas besoin de la fertilisation exagérée qui a souvent été recommandée et pratiquée. On peut recommander de creuser profondément et, lorsque le sous-sol est bon, de faire des tranchées, mais une fertilisation moyenne suffira, car l’asperge peut être efficacement aidée par des apports annuels de terreau, et une culture de surface appropriée est d’une grande importance pour les étapes suivantes. Il est nécessaire de choisir un endroit dégagé pour la plantation.

La préparation du sol doit commencer à l’automne et se poursuivre tout au long de l’hiver, en commençant par un épandage abondant de fumier d’écurie à moitié décomposé et en creusant une tranchée de deux pieds de profondeur.

Au cours d’un mois, toute la parcelle doit être retournée en tranchée. Si la main d’œuvre est disponible, un troisième sillonage peut être effectué avec succès, et la surface peut être laissée en place jusqu’à ce que le moment soit venu de la niveler pour les semis. Il est évident que cette routine est quelque peu coûteuse, mais nous supposons que la plantation sera maintenue pendant de nombreuses années et que le premier investissement sera largement rentabilisé.

Lorsqu’il faut préparer pour les asperges un sol réputé impropre, tel qu’une argile humide ou un limon pâteux, il est économique d’enlever la couche supérieure, que nous supposerons être du gazon ou de l’ancienne terre cultivée, et de préparer sur l’espace ainsi dégagé un lit avec les meilleurs matériaux possibles.

Taille du lit et semis des graines

A ce stade, plusieurs questions d’une importance primordiale se posent. Tout d’abord, il s’agit de savoir si la culture doit se faire sur des planches plates ou sur des planches surélevées. Lorsque le sol est suffisamment profond et que le drainage est parfait, le système plat convient parfaitement. Les lits surélevés ont l’avantage d’approfondir le sol, de faciliter le drainage, de favoriser la chaleur et donc de faciliter la croissance d’une culture précoce. En fait, les plates-bandes surélevées permettent de cultiver des asperges sur des sols où l’on ne pourrait pas obtenir ce légume autrement. La préparation est la même dans les deux cas, et c’est pourquoi nous ne ferons pas d’autres allusions aux plates-bandes, mais laisserons ceux qui trouvent leur sol et leurs besoins appropriés les adopter. Vient maintenant la question de la distance, dont dépend la largeur des planches. Le premier point peut être réglé par la mesure de la plante, et le second par la mesure de la personne. Une récolte abondante de belles asperges, sans être anormale, répond aux exigences de la plupart des ménages. Après de nombreuses expériences, nous sommes arrivés à la conclusion que le meilleur moyen d’assurer un rendement complet de très bons plants, avec le moins de travail possible, est d’aménager la terre en lits de 92 centimères, séparés par des allées de 61 centimètres. Dans certains cas, sans doute, des lits de 152 centimètres, contenant trois rangées de racines, une au milieu et une de chaque côté à une distance de 45 centimètres, sont préférables. Pour la majorité des jardins, cependant, la plate-bande de 92 centimètres est un net avantage, ne serait-ce que parce qu’elle évite toute excuse pour poser un pied sur la plate-bande. Sur ce lit étroit, deux rangées de plantes seulement seront nécessaires. Posez la ligne à 22 centimères des deux côtés, et à des intervalles de 38 centimètres dans les rangées, creusez des trous de 5 centimètres de profondeur, en laissant tomber deux ou trois graines dans chacun. Cela donnera une distance entre les rangs de 46 centimètres. Dans une terre très forte, fortement fertilisée, les trous peuvent être espacés de 46 centimètres au lieu de 38. Avril est le bon mois pour semer.

Elagage

Lorsque l’herbe issue des graines a atteint une hauteur d’environ 15 cm, il ne faut laisser que la plante la plus forte à chaque station, et elles doivent finalement se trouver à une distance de 15 à 18 cm dans la rangée. Une grande partie des dommages signalés à la suite d’une plantation rapprochée est le résultat d’une négligence dans la coupe. La jeune plante est une chose si mince et délicate que, pour l’opérateur irréfléchi, il semble insensé de n’en élaguer qu’une seule. La conséquence est que deux ou trois, ou peut-être une demi-douzaine, de plantes sont laissées à chaque station pour “se battre”, et celles-ci se mélangent tellement qu’elles semblent n’en former qu’une, alors qu’elles sont en réalité nombreuses, et bien sûr, parmi elles, elles produisent plus de pousses qui ne peuvent être nourries correctement par la portée limitée de leurs racines. Un élagage rigoureux, ou plutôt mathématique, est une condition sine qua non, et il nécessite des yeux aiguisés et des doigts attentifs ; mais il doit être fait si les parterres d’asperges doivent devenir, comme ils doivent l’être, la fierté du potager.

Blanchir les asperges

La question délicate de l’asperge blanche par rapport à l’asperge verte ne doit pas être abordée, sauf si elle concerne uniquement le cultivateur. Sur le plan gustatif, nous ne dirons donc rien, et c’est une simple question de gestion que de faire blanchir les asperges jusqu’au bout ou de les laisser rester vertes sur quelques centimètres. Le blanchiment s’effectue de différentes manières. L’entassement de terre meuble, telle que la terre à feuilles, permet d’y parvenir. En Europe, on a recours à de nombreux artifices, par exemple en recouvrant les têtes de pipes en bois ou en terre. Dans certaines régions de France, on utilise des bouteilles de champagne dont le fond a été découpé. Mais une croissance forte étant assurée, le cultivateur trouvera facile de régler le degré de coloration en fonction des exigences de la table qu’il doit servir. En règle générale, une croissance modérément robuste, avec une belle couleur pourpre, est appréciée partout, et c’est la plus facile à produire, car la plus naturelle.

Il y a cependant un point intéressant lié à la production d’asperges vertes, à savoir que si le temps hivernal prévaut lorsque les têtes sont en train de lever (comme c’est malheureusement souvent le cas), les têtes vertes tendres peuvent être fondues par le gel et devenir sans saveur, ou peuvent être rendues si dures que leur qualité est inférieure à celle des asperges blanchies ; en effet, le blanchiment est également un processus protecteur, et les asperges blanches à croissance rapide sont souvent plus tendres et savoureuses que les asperges vertes qui ont été cultivées lentement. Au fur et à mesure que la saison avance et que les têtes poussent rapidement, les asperges vertes acquièrent la saveur et la tendreté qu’elles méritent, et les considérations pratiques devraient donc plus ou moins influencer les décisions finales en matière de goût. La priorité du cultivateur est de parvenir à produire le type de croissance requis, qu’il soit blanc ou vert, ou d’une qualité intermédiaire entre les deux. Cela est facile à faire, en tenant compte des conditions. Lorsque l’asperge verte est la seule à être recherchée, il peut être conseillé au jardinier d’avoir sous la main, au moment où les têtes font leurs premiers pas, une quantité suffisante de matériau de protection grossier et bon marché, comme de l’herbe et des mauvaises herbes sauvages, coupées à la faucille dans les coins impairs des arbustes et des prés, ou du foin et de la paille propres et parfaitement exempts de moisissure. Un léger saupoudrage de matières organiques sur un lit d’asperges qui fait ses premiers pas dans la production éloignera les gelées matinales et compensera amplement le petit effort que l’on a fait pour sauver de nombreux plants verts et tendres que les gelées réduiraient en gelée et rendraient inutilisables. Après la deuxième ou troisième semaine de mai, la litière peut être enlevée si nécessaire, mais si les apparences sont d’une importance secondaire, on peut la laisser se dessécher sur place.

Coupe

Les asperges fournies par les maraîchers ont une tige inutilement longue. Les bottes ont un aspect imposant, sans aucun doute, mais cette longueur inutile n’ajoute rien au confort des convives et constitue une charge inutile pour l’énergie de la plante. Pour la consommation domestique, il suffit généralement que la partie blanche ait une longueur de 10 centimètres environ, ce qui détermine la profondeur à laquelle les bâtons doivent être coupés. Il est utile de préciser que les racines profondément enfouies ne se développent pas aussi bien que celles qui sont plus proches de la surface et qu’elles ne produisent pas de récoltes aussi précoces. Les tiges sont généralement coupées en enfonçant un couteau rigide à pointe étroite, ou une lame spécialement conçue, près de chaque pousse ; il est nécessaire de le faire avec discernement, car les pousses adjacentes, qui ne sont pas suffisamment avancées pour révéler leur présence en soulevant le sol, pourraient être endommagées. Pour éviter ce risque de blessure par le couteau, il est possible, dans certaines plates-bandes, d’obtenir les tiges sans l’aide d’aucun instrument, en les tordant et en les tirant, mais ce procédé nécessite une main adroite et est impraticable dans les sols difficiles. Les bâtonnets d’un bel échantillon seront blancs sur 10 ou 12 centimètres de leur longueur ; les sommets seront fermes, dodus, d’une couleur vert violacé, et la couleur s’étendra sur deux ou trois centimètres au plus le long des tiges. Cependant, la taille et le degré de coloration sont des questions de goût qui ne permettent pas d’établir une règle précise. Il est plus utile de dire que, si la plante a poussé librement, elle peut être coupée la troisième année, et que la coupe doit cesser vers la mi-juin ou au début de juillet, selon la région. Pour le bien de la plante, il est préférable de cesser la coupe le plus tôt possible, car les bourgeons de l’année suivante doivent être formés dans les racines à l’aide de la croissance supérieure de la saison en cours.

Désherbage et tuteurs

Deux autres points relatifs à la bonne marche de la culture méritent qu’on s’y attarde. Certaines cultures se portent assez bien lorsqu’elles sont négligées et envahies par les mauvaises herbes. Ce n’est pas le cas de l’asperge. Cette plante semble avoir été conçue pour jouir de la vie dans la solitude, n’étant pas faite pour la compétition ; et si les mauvaises herbes font leur apparition dans une plate-bande d’asperges, le jardinier paiera un lourd tribut pour sa négligence. La limitation des plates-bandes à une largeur de 92 centimètres est donc importante, car elle facilite le désherbage sans qu’il soit nécessaire de marcher dessus. L’autre point découle de la nécessité de fournir un support à la plante frêle dans les endroits où elle peut être exposée au vent.

Lorsque l’asperge est secouée brutalement en plein été, les tiges se cassent à la base, et les racines perdent le bénéfice de la croissance supérieure pour faire mûrir les bourgeons de la saison suivante. Il est assez facile de prévenir cette blessure, mais les précautions doivent être prises à temps. Un usage libre de tuteurs légers et fins, tels que ceux utilisés pour le soutien des pois, enfoncés fermement dans tout le sol, assurera tout le soutien nécessaire lorsque les vents soufflent. En l’absence de tuteurs, des piquets solides, placés à des distances appropriées et reliés par des longueurs de ficelle épaisse, feront tout aussi bien l’affaire. Dans les jardins abrités, il n’est pas nécessaire de protéger les jeunes plantes avec de la litière et les plantes adultes avec des piquets, mais dans les situations exposées, ces précautions ne doivent pas être négligées.

La gestion des asperges implique un nettoyage minutieux des plates-bandes à l’automne. Les plantes ne doivent pas être coupées jusqu’à ce qu’elles changent de couleur ; ensuite, on peut enlever toute la végétation supérieure et ratisser la surface. Donnez aux plates-bandes une bonne couche de terreau, et retouchez soigneusement les côtés pour les rendre propres et nettes. Il est habituel de creuser et de fertiliser les allées en même temps, mais nous nous opposons à cette pratique, car elle tend directement à la production de pousses maigres là où des pousses grasses sont possibles ; en effet, les racines courent librement dans les allées, et creuser revient à les détruire. Au printemps, débarrassez les plates-bandes du terreau de l’automne en ratissant tout reste de fertilisants dans les allées, et les plates-bandes et les allées devraient alors être soigneusement piquées avec une fourche à une profondeur de cinq ou sept centimètres seulement, et en prenant bien soin de ne pas blesser les racines.

L’application de saumure requiert du discernement. Pendant un certain temps, il rend le lit froid et, lorsqu’il est suivi de neige, les deux se combinent pour former un mélange glacial qui empêche la croissance des plantes existantes. Sur un lit nouvellement créé, le sel est inutile et peut s’avérer destructeur pour les racines. Le moment approprié pour appliquer le sel doit être déterminé par le district et le caractère de la saison ; mais en aucun cas le minéral ne doit être utilisé avant que la croissance active ait commencé, bien qu’il ne soit pas nécessaire d’attendre que la croissance soit visible au-dessus de la surface. Dans les régions du Sud, on peut généralement trouver une occasion propice entre le début et le milieu du mois d’avril. Un deuxième et un troisième traitement peuvent suivre à des intervalles de trois semaines, ce qui non seulement stimule les racines mais empêche également la prolifération des mauvaises herbes.

Plantation des racines

Dans de nombreux jardins où il y a de la place pour seulement deux ou trois parterres, le souhait très compréhensible pour le jardinier sera d’obtenir des asperges en un temps plus court que ce qui est possible à partir de graines, et nous vous indiquons donc la meilleure méthode pour planter les racines. Les racines d’asperges ne supportent pas d’être arrachées, surtout les plantes anciennes et établies. Le simple fait de sécher les racines en les exposant à l’atmosphère leur est nettement préjudiciable. Bien emballées, les racines peuvent parcourir une longue distance en toute sécurité, mais le moment critique se situe entre leur déballage et leur installation en toute sécurité dans leur habitat final. Tout doit être prêt pour le transfert avant l’ouverture du paquet, et la tâche de plantation doit être accomplie le plus rapidement possible.

Un lit de 92 centimètres doit être préparé en enlevant la terre de manière à laisser deux sillons pour les racines. L’espace entre les sillons doit être de 45 centimètres, et le sommet des sillons doit se trouver suffisamment en dessous du niveau du lit pour que, lorsque le sol est remis en place et que le lit retrouve son niveau normal, les têtes se trouvent à environ cinq centimètres sous la surface. Lorsque le lit est prêt, ouvrez l’emballage et placez les asperges sur les crêtes à 38 ou 45 centimètres d’intervalle, en laissant environ la moitié des racines de chaque plante tomber de chaque côté de la crête. En règle générale, il est judicieux de faire appel à deux paires de mains pour cette tâche. Le sol doit être rempli rapidement et une touche finale doit être apportée au lit. Il est très rare qu’il soit prudent de transplanter les asperges avant la fin du mois de mars ou le début du mois d’avril, car bien que les racines établies traversent sans dommage un hiver très rigoureux, celles qui ont été récemment retirées sont souvent tuées par une période prolongée de temps froid et humide, et surtout par la neige fondue suivie du gel.

Vous pouvez aussi aimer...

Planter des brocolis

Planter des brocolis

Vous avez envie de planter des brocolis dans votre potager ? Suivez le guide avec cet article de conseils, et suivez nos suggestions pour trouver les meilleures graines, engrais et accessoires.

Code Promo Gardena

Code Promo Gardena

La marque d’outils de jardinage vous propose avec ce code promo Gardena une réduction de -10% sur l’ensemble de son site. De quoi vous donner envie de vous occuper de votre jardin ou potager !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *